Interview de Charline du blog ITWIA

Suivez les pérégrination de Charline autour du monde, sac au dos. Son blog vous emporte à la découverte de notre belle planète et vous fait découvrir, explorer de nombreuses contrées, des plus proches au plus lointaines. Un véritable bible du voyage comme on les aime !

acheter carnet de voyage en cuir

Qui êtes-vous ? Quel voyageur êtes-vous ?

Bonjour, je m’appelle Charline, 32 ans et un besoin continuel d’évasion. Je suis une touriste, une curieuse, une épicurienne, donc une voyageuse.
Mode habituel : Backpack. Un billet A/R, un guide et un itinéraire pré-tracé, le reste on verra sur place.

Voyagez-vous seul (e) ? accompagné(e) ?

J’ai tout expérimenté : les voyages solo, à 2 en couple, à 2 ou + entre ami(s)
Je ne pourrais dire lequel est le plus intéressant car la seule chose qui fait de votre voyage ce que vous en retiendrez est propre à ce que vous vivez à l’intérieur.
Mais il est clair que le partage est maître mot. Un lever de soleil, un trek dans la jungle ou une panne de véhicule, sont le genre d’expériences qui n’ont pas la même saveur en solo et en duo. 2 est un joli chiffre.

Comment est née votre passion du voyage ?

Je crois que le plaisir de voyager a débuté là-bas en Thaïlande, 10 ans en arrière.
Le premier vrai backpack trip. Celui où tu prends l’avion pour 14h de vol (escale incluse), celui où l’excitation du départ commence dès le remplissage de ton sac à dos (toujours trop lourd la 1ere fois). J’avais 20 ans et je voulais aller loin.
Certaines expériences vous donnent envie d’en voir plus, de découvrir des cultures, de rencontrer des gens, de manger différemment. Un adage dit que plus on mange plus on a faim. Le voyage c’est pareil.

Pourriez-vous nous présenter votre blog ?

ITWIA [it-oui-ya] est l’acronyme In The World I Am. C’est un blog voyage qui n’a pas vocation à apprendre à ses lecteurs comment voyager, ni quel touriste être, mais se veut être la bande annonce du pays concerné, une sorte de teaser du voyage que vous pourriez faire. Les bons plans, les endroits où aller, où dormir, où manger, mes « inratables » et mes itinéraires sur carte, ma signature.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer votre blog ?

ITWIA [it-oui-ya] est apparu début 2014 sur la toile mais son embryon trottait depuis quelques années dans ma tête. Voyageant beaucoup, il s’est avéré que j’étais une source de bons plans et de conseils pour grand nombre de mes amis.
« Charline tu penses quoi de telle destination ? »
« Charline tu as de bons plans hôtels là-bas »
Il est donc devenu logique pour moi de diffuser cela à une plus grande échelle, le média du blog s’est avéré être la plateforme qui me correspondait le mieux.

Quel a été votre premier voyage ? Vos impressions premières ?

La Thaïlande est le point 0, le début de ma To Go liste. Me retrouver dans un pays si différent de la France, ne pas comprendre la langue, découvrir de nouvelles saveurs, le jet-lag fait également partie du lot des souvenirs. J’en ai pris plein les yeux, plein le nez et plein les oreilles, tous mes sens étaient en éveil. J’étais loin de chez moi, loin de mes repères et je me sentais bien. Je crois que la clé du bonheur est ici.

Quel a été votre dernier voyage ? Pourquoi ce choix ?

Je reviens d’Islande, une terre froide mais pas hostile. Des paysages lunaires, polaires, fantastiques. Le choix d’un retour au froid, quelque chose de différent de la Scandinavie que je connaissais déjà (j’ai habité 1 an à Stockholm) et puis une promo défiant toute concurrence sur le site d’IcelandAir m’a faite craquer.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote de votre dernier voyage ?

Les longues heures d’attente par -10°C lors d’une « chasse » aux aurores boréales, moment fort de ce dernier trip.
Mais celui qui me vient à l’esprit s’est déroulé en Egypte, le 1er janvier 2012. Pendant que l’on gravissait le Mont Sinaï depuis 22h00, à minuit pile, le bédouin qui nous accompagnait s’est arrêté brusquement. « Stop » nous a-t-il chuchotés. Il a sorti son téléphone (un Nokia des années 90) et nous a décomptés les secondes qui nous séparaient de la nouvelle année. 3, 2, 1 … « happy new year ». Pas un bruit. Une accolade. Les étoiles. Le changement le plus paisible et intemporel jamais vécu, à mi-chemin du sommet, avant d’assister au sublime levé de soleil sur le désert dodu du Sinaï, tout ça enveloppés dans 4 couvertures. Surprenant froid polaire en Egypte.

Avec vous un ou des pays de prédilection ?

Je fonctionne par phase. J’ai eu une période où l’Asie m’attirait plus que tout. Un premier voyage en Thaïlande, un bout de vie à Singapour où se sont enchainés la Malaysie, Bornéo, l’Indonésie, les Philippines, … les îles, le climat, le dépaysement.
Puis le Moyen Orient, du bassin méditerranéen avec les Cyclades, l’Egypte, la Turquie, Israël jusqu’à l’Asie Centrale. L’Iran programmée dans 3 mois et l’Ouzbékistan dans 6.
Aujourd’hui en regardant au loin, je me tourne vers un autre continent, j’ai envie de Panama, de Costa Rica, de Cuba.

Quelles sont vos plus belles rencontres faites sur la route?

Des moines hindous sur la route menant à Jodhpur au Rajasthan. C’est devant leur temple que nous sommes tombés en panne d’essence (road trip en Royal Enfield ndlr : http://itwia.com/2014/04/08/sur-les-routes-indiennes-en-royal-enfield/).
Prêts à nous aider à la fin de leur punjât. J’ai alors assisté seule, assise à leurs côtés, à cette prière dont le chant vous envoute et les effluves d’encens vous emporte. Un moment magique qui n’appartient qu’à mes souvenirs, mon compagnon étant resté sur le bord de la route, seul lui aussi, durant ces 45 minutes.

Quel paysage vous a le plus marqué ?

Il y en a tant… Ayers Rock en Australie, ce monolithe rouge sorti de terre au cœur de l’outback paraissait irréel mais Lalibela en Ethiopie, pour la curiosité de son architecture -ses églises rupestres creusées dans la roche- mais surtout pour l’atmosphère spirituelle du lieu. En pénétrant les différentes églises j’ai surpris des religieux ici et là cachés dans les alcôves de la roche. Mystique.

Sur la route, comment communiquez-vous avec les autres ?

L’anglais de prime abord mais aussi les mains et les dessins. Et puis il y a les cartes et les plans, ils veulent dire tellement, ils vous guident, vous emmènent, vous localisent. Celles des autres autant que celles que je dessine.

Quel est votre livre préféré sur le voyage ?

Mon (mes) passeport(s).

Quel serait le «voyage de vos rêves» ?

Un projet trotte dans ma tête en ce moment à l’initiative de mon compagnon : un road trip en Van en Amérique du sud d’Ushuaia au Mexique voir jusqu’en Alaska (fantasme ultime). Le blog Our Open Road (ndrl : www.ouropenroad.com) n’a fait que mettre encore plus d’étoiles dans ce rêve.

Selon vous, quels sont les indispensable à emporter en voyage ?

Une carte, un guide, quelques médicaments de base qui éviteront de vous gâcher un voyage, un appareil photo (jetable ou numérique) et une paire de chaussures confortables (birkenstock, sneakers ou palladium).

Quels conseils donneriez-vous à un voyageur qui part pour la première fois sur la route ?

Partir serein, un bon guide entre les mains, léger car vous n’aurez besoin de peu, pour revenir plein de souvenirs.

Quelle serait votre devise autour du voyage ?

J’en aime 2 :

Celle qui me renvoie à la prochaine destination que je dois planifier.

« Le plus beau voyage, c’est celui qu’on n’a pas encore fait. » (Loick Peyron)

Celle qui me renvoie aux nombreuses anecdotes vécues et qui me permet de comprendre que ce besoin de savoir toujours où je me trouve est un leurre.

« En route, le mieux c’est de se perdre. Lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. » (Nicolas Bouvier)

Quel est votre carnet de voyage préféré chez « Carnet du voyageur » ?

Le carnet du Découvreur. Noter tous les endroits que je découvre, toujours garder en mémoire une adresse, un tarif, pour en faire profiter les autres. La découverte est synonyme de voyage non ?

Carnet Recommandé

Les commentaires sont fermés.