Interview de Gala du blog Let’s Go Somewhere

Gala est passionnée de voyage elle vous présente son blog de voyage qui parle de voyages au long court, en sac à dos ou d’expatriation. Des ras de conseils pratiques pour partir aux quatre coins du monde.

acheter carnet de voyage en cuir

Qui êtes vous ? Quel voyageur êtes-vous ?

Je m’appelle Gala, j’ai 24 ans, je suis sans cesse en voyage depuis ma naissance ayant des parents qui partent en expatriation tous les cinq ans. La période la plus longue que j’ai passé au même endroit est 6 ans. Je voyage soit en m’expatriant, soit en partant à l’aventure sur des périodes plus (ou moins) courtes.

Voyagez-vous seule ? Accompagnée ?

Même si je suis d’accord que partager son expérience à plusieurs est très sympa, ces dernières années j’ai appris à apprécier le voyage en solo. Certes, ça peut encore faire peur pour une fille de partir toute seule mais il faut savoir mettre de côté ses a priori, faire confiance sans pour autant être naïve et… se lancer ! Le sentiment de liberté qui va avec est indescriptible et puis comme on le répète souvent, on ne reste jamais seul(e) longtemps en voyage.

Comment est née votre passion du voyage ?

Comme je l’ai dis plus haut, mes parents m’ont toujours trimballée à gauche et à droite de par le métier de mon père qui l’emmène à déménager très régulièrement. C’est comme ça que j’ai grandi, entre deux déménagements, en mouvement, devoir découvrir sans un arrêt un nouvel endroit qu’on appellera « chez soi » pour quelques temps, apprendre à l’aimer, puis le quitter. Du coup je n’ai jamais vraiment planté mes racines où que ce soit et pour moi être dans cet état de voyage constant est devenu naturel.

Pourriez-vous nous présenter votre blog ?

Mon blog s’appelle Let’s Go Somewhere, qui veut dire « allons quelque part » en anglais. Parce que je n’ai pas de pays de prédilection, mon cœur ne me dit pas d’aller à un endroit plus qu’à un autre, mais juste d’y aller, de continuer à être en mouvement. Je ne dis pas que la destination importe peu, juste que je n’ai pas de priorité sur ma bucket list. Peut être que je n’aime pas hiérarchiser mes rêves.
Sur mon blog je raconte mes précédents voyages, je donne des conseils pour les voyageurs et les expatriés, mais toujours en me basant sur mes propres expériences. Je parle aussi de mon mode de vie, pas tout à fait nomade mais pas non plus sédentaire, juste à mi-chemin entre les deux.

Pourquoi avez vous décidé de lancer votre blog ?

Ca fait quelques années que j’ai découvert les blogs de voyages, d’abord en anglais, puis la communauté de blogueurs voyageurs francophone qui est de plus en plus importante. Et bien sur quand on les lit, ça donne envie. Non seulement de voyager mais aussi d’y apporter son grain de sel.
Du coup quand j’ai du quitter l’Australie il y a quelques mois, j’ai décidé de tuer la déprime du retour en écrivant mes aventures et en donnant accès à mes conseils à ceux qui les cherchent.

Quel à été votre dernier voyage ? Pourquoi ce choix ?

Je reviens tout juste de deux petites semaines de voyage. Ma copine, qui est australienne, est venue me rendre visite pendant un mois. Elle n’était encore jamais venue en Europe et même si en ce moment j’habite à Paris et que c’est une ville magnifique à découvrir, je voulais lui en montrer un peu plus sur le vieux continent. J’ai choisi trois destinations, Rome pour le côté historique, Chamonix pour lui montrer la neige (qu’elle n’avait encore jamais vu !), et Barcelone pour son côté plus contemporain et festif.

Quelles sont vos plus belles rencontres faites sur la route?

Pour moi les plus belles rencontres sont celles auxquelles on s’attend le moins. Quand j’étais à Adelaïde, j’ai rencontré un petit groupe d’étudiants saoudiens qui venaient d’arriver en Australie et n’avaient jamais mis les pieds en dehors des pays arabes. Ils ne connaissaient pas grand-chose du mode de vie occidental et ça a été formidable de les voir évoluer dans un monde dont ils ignoraient les codes. Une fois la confiance installée, j’ai pu partager leur quotidien, allant même jusqu’à vivre dans leur communauté, ce que peu de jeunes femmes occidentale ont la chance de vivre. Grâce à eux j’ai découvert une culture magnifique de partage, d’amour et de respect à mille lieux de ce qu’on entend sur ce pays dans les media.

Quel paysage vous a le plus marqué ?

C’était lors d’un voyage qui remonte à quelques années. L’été de mes 10 ans nous sommes allés en Suède en famille avec des amis. C’était l’occasion de rendre visite à la famille de ma mère qui en est originaire et de visiter ce pays magnifique. Notre road trip nous a menés au-delà du cercle polaire, dans la région de Kiruna. C’était en juillet et la nuit ne tombait pas. Un soir, nous avons grimpé au sommet d’une colline pour voir le soleil descendre et se relever au lieu de disparaître derrière l’horizon. C’était magnifique ! Et même si je n’étais qu’une enfant, je n’oublierai jamais cette lumière incroyable.

Sur la route, comment communiquez-vous avec les autres ?

C’est très facile de communiquer de nos jours. A partir du moment où on a un ordinateur ou un smartphone et qu’on trouve une connexion internet on peut parler gratuitement avec la terre entière. Il n’y a qu’à choisir entre Skype, Whatsapp, Viber, Tango etc.

Quel est votre livre préféré sur le voyage ?

L’atlas ça compte ? Non je plaisante, j’aime beaucoup lire aussi. Mon livre préféré était Into The Wild – que je recommande beaucoup plus que le film d’ailleurs.

Quel est votre film favori sur le voyage ?

J’ai adoré « La visite de la fanfare ». C’est un film franco-américano-israélien sorti en 2007 et qui a reçu de nombreuses récompenses à l’époque, mais dont on parle assez peu. C’est l’histoire d’une fanfare égyptienne qui est invitée en Israël pour se produire à l’inauguration d’un centre culturel arabe. Mais à leur arrivée, les musiciens se perdent et se retrouvent paumés dans une petite ville au milieu de nulle part.
Ca ne traite pas vraiment du voyage en tant que tel, mais plus de ce que l’on peut ressentir quand on arrive dans un endroit inconnu, entre choc des cultures et langage universel, ce qui nous rassemble et nous sépare. Bref, c’est beau.

Quel serait le «voyage de vos rêves» ?

Comme je l’ai dis plus haut, je n’ai pas de destination de prédilection. Et plus que l’envie de faire un tour du monde, c’est du temps dont je rêve. Avoir le temps de voir le monde lentement, sans avoir à me hâter. Etre constamment sur la route, sans compter les kilomètres ou aller à la course au nombre de pays. Ce n’est pas une question de quantité, mais vraiment de qualité, et pour ça il faut du temps.

Selon vous, quels sont les indispensables à emporter en voyage ?

Du respect et le sourire.

Quels conseils donneriez-vous à un voyageur qui part pour la première fois sur la route ?

Il n’y a pas de voyage parfait. Chacun perçoit les choses différemment et c’est tant mieux. Alors il est inutile de prendre exemple sur le voyage de quelqu’un d’autre. Il faut juste aller au rythme de ses propres envies et ne pas se mettre la pression parce que les autres font les choses d’une façon plutôt qu’une autre. Comme pour tout, le monde du voyage est victime d’effets de mode. Et c’est dommage de vivre une destination dans les pas de quelqu’un qui a décidé qu’il était « cool » de le faire à sa façon.

Quel est votre carnet de voyage préféré chez « Carnet du voyageur » ?

Le carnet de l’Exploratrice bien sur !

Carnet Recommandé

Les commentaires sont fermés.